UQAM - Université du Québec à Montréal
Entrevues
UQAM › Entrevues › L'art du stationnement
Micro

L'art du stationnement


Par Valérie Martin

Montréal participera de nouveau à la journée Park(ing) Day le 21 septembre prochain. Créé à San Francisco, cet événement, dont la première édition remonte à 2005, présente des œuvres d'art, des aménagements paysagers, des jardins et autres installations de tout genre dans divers espaces de stationnement de la ville. Ces «créations éphémères» sont conçues par des artistes, des designers, des citoyens ou des organismes communautaires et ont pour but d'inciter les citadins à fréquenter ces endroits quelque peu dénaturés, de faire réfléchir, d'émouvoir ou de divertir. L'an dernier, l'événement a été célébré dans plus de 160 villes, de 35 pays sur 6 continents.

Trois équipes composées de finissants du D.E.S.S. en design d'événements, entre autres, participeront pour la première fois au Park(ing) Day. Les étudiants ont répondu à l'invitation de Céline Poisson, professeure à l'École de design et directrice du D.E.S.S. Les volontaires disposeront d'un espace restreint d'environ cinq mètres de long par trois mètres de large pour y installer leurs créations.

Le rendez-vous des pigeons

Jorge Garcia et sa collègue Claudia Rivera ont créé «Entre deux», un espace, situé sur le boulevard Saint-Laurent près du boulevard de Maisonneuve (espace H695/H696), qui sera réservé… aux pigeons et à leurs fidèles admirateurs. «C'est dans le cadre de mes recherches et de mes interventions dans les espaces publics que j'ai remarqué à quel point les pigeons sont omniprésents. Ils sont les maîtres de ces lieux passants», raconte Jorge Garcia. Les designers ont conçu un observatoire en bois doté de mangeoires. Le public pourra ainsi mieux observer les oiseaux et les nourrir. «Il existe une étrange relation entre les citadins et les pigeons, croit le designer. À toute heure du jour, peu importe la saison, il y a toujours des personnes qui viennent les nourrir. Les pigeons sont à la fois aimés et détestés, mais on ne peut les ignorer.»

Un «ciné-parking» de répertoire

Lucie Belhomme, Anaïs Favier et Dorothée Noirbent ont créé un «ciné-parking» à l'image d'un ciné-parc, qui prendra place dans un espace de stationnement sur la rue Saint-Denis, devant le théâtre St-Denis (espace G838). «Les cinéphiles pourront s'asseoir sur des sièges d'auto recyclés et regarder des extraits de films sur un écran, lance Anaïs Favier. Il y aura des road movies comme Night on Earth, de Jim Jarmusch, des films ayant pour thème la voiture, comme le dessin animé Cars, et des classiques du genre de Taxi Driver, de Martin Scorsese. On espère aussi pouvoir servir du maïs soufflé!» Pour Dorothée Noirbent, ce sera une occasion «de retrouver l'univers de la voiture sans sa présence».

Manifeste contre le gaspillage

Intitulée «Une bouteille à la mer», l'installation de Valérie Pelletier, de Fabiola di Lena, de Marie-France Boucher et de Leïla Alexandre veut susciter la réflexion sur le gaspillage et la consommation de bouteilles d'eau en plastique. «L'idée, c'est de faire prendre conscience que l'eau est gratuite et qu'il vaut mieux apporter sa bouteille d'eau recyclable partout avec soi», explique Leïla Alexandre. L'œuvre, qui sera installée sur la rue Saint-Denis près de la station de métro Berri-UQAM (espace Q556), est composée d'un vrai filet de pêche sur lequel seront déposées des bouteilles récoltées par les designers. «Les passants pourront écrire des messages sur des bouts de papier et les insérer dans les bouteilles», dit l'étudiante. Les étudiantes comptent prendre des photos et tenir un blogue durant l'événement afin de suivre l'évolution de l'installation.

Séparateur

Source : Journal L'UQAM, vol. XXXIX, no 2 (17 septembre 2012)

Catégories : Arts, Développement durable, Recherche et création, Étudiants

Séparateur

Flèche Haut

UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : 17 septembre 2012