UQAM - Université du Québec à Montréal
Entrevues
UQAM › Entrevues › Un orchestre à l'UQAM
Micro

Un orchestre à l'UQAM


Par Pierre-Etienne Caza

L'aventure de l'Orchestre philarmonique des musiciens étudiants de Montréal (OPMEM) ne devait durer que le temps d'un concert, en août 2010, mais plusieurs musiciens ont souhaité poursuivre l'aventure. «Le jour même où cette demande a été formulée, nous avions formé notre conseil d'administration», se rappelle Philippe Ménard, fondateur, chef et directeur artistique de l'OPMEM, qui donna trois autres concerts cette année-là. L'orchestre, formé d'une cinquantaine d'étudiants et de diplômés de l'UQAM, de l'Université de Montréal, de l'Université McGill et du Conservatoire de musique de Montréal, amorce cet automne sa troisième saison, sa première en résidence au Département de musique de l'UQAM.

«La spécificité de l'OPMEM est d'offrir aux musiciens étudiants l'occasion d'enrichir leur répertoire tout en vivant la réalité du métier, c'est-à-dire en préparant des programmes complets en peu de temps», explique Philippe Ménard. La réalité professionnelle des musiciens classiques est impitoyable, ces derniers n'ayant pas le luxe de bousiller une occasion de se faire valoir. C'est pourquoi l'OPMEM fonctionne comme les grands orchestres: il n'y a que deux répétitions et une générale avant chaque concert. «Les musiciens doivent être bien préparés dès la première répétition, poursuit le chef. Nous n'avons pas le temps de déchiffrer les partitions comme on le fait dans les cours. Il faut déjà une bonne maîtrise des pièces au programme, car nous travaillons tous ensemble dès le départ.»

La résidence

Le Département de musique de l'UQAM est heureux d'accueillir l’OPMEM. «Sa venue s'inscrit dans la foulée de la revitalisation du secteur de la musique classique, affirme André Villeneuve, directeur du Département de musique. Nous avons d'excellents professeurs et différentes formations – orchestre d'harmonie, orchestre de chambre et autres ensembles –, mais il nous manquait un grand orchestre. C'est un élément essentiel pour stimuler les étudiants en musique classique.»

Le Département de musique prête gratuitement la salle de répétition, ainsi que certains instruments. La salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau est également mise à la disposition de l'OPMEM pour ses concerts, moyennant le coût de location. L'orchestre bénéficiera même d'un présentateur officiel pour ses concerts en la personne de Réjean Gaudreau, chargé de cours à l'École des médias.

Le directeur du Département de musique a été charmé par la personnalité de Philippe Ménard. «C'est un chef qui a de la vision et nous espérons que notre partenariat puisse se prolonger au-delà de cette année», dit-il. «Nous souhaitons par ce rapprochement que plusieurs étudiants de l'UQAM se joignent à l'orchestre, souligne pour sa part Philippe Ménard. Nous aimerions que l'expérience puisse un jour compter comme un cours de grand ensemble dans le cursus des étudiants en musique.» Le jeune chef espère également que la collaboration avec l'UQAM puisse s'étendre à des projets impliquant d'autres départements de la Faculté des arts, notamment l'École supérieure de théâtre, l'École des arts visuels et médiatiques, ainsi que le Département de danse. «Nous pourrions très bien envisager de monter une comédie musicale ou un ballet», dit-il.

Le programme de la saison

Pour la saison 2012-2013 (qui compte cinq concerts – le premier avait lieu le 20 septembre et les autres sont prévus le 18 novembre, le 26 janvier, le 17 mars et le 7 juin), Philippe Ménard a demandé à ses musiciens ce qu'ils avaient le goût de jouer. Les suggestions n'ont pas manqué, de Rimski-Korsakov (Schéhérazade) à Wagner (Ouverture Tannhäuser), en passant par Debussy (L'après-midi d'un faune) et Tchaïkovski (Concerto pour piano no 1). La célèbre symphonie no 5 de Beethoven a été présentée en clôture du premier concert. «C'est cliché de débuter la saison par cette pièce, confie en souriant Philippe Ménard, mais les musiciens y tenaient, car ils ne l'avaient jamais abordée et c'est sans doute la pièce qu'ils vont jouer le plus souvent durant leur carrière.»

Le programme de cette année fait place à deux compositeurs québécois: l'étudiant Vincent L. Pratte et le professeur Alan Belkin, tous deux de l'Université de Montréal. «Les musiciens voulaient jouer du contemporain et je trouve important de donner de la visibilité à des compositeurs d'ici», note le chef.

Le dernier concert de la saison 2012-2013 de l'OPMEM, le 7 juin prochain, sera un ballet, le Songe d'une nuit d'été, de Mendelsohn, présenté en collaboration avec l'Académie du ballet métropolitain de Montréal.

Séparateur

Source : Journal L'UQAM, vol. XXXIX, no 3 (1er octobre 2012)

Catégories : Arts, Recherche et création, Étudiants, Diplômés, Professeurs

Séparateur

Flèche Haut

UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : 1 octobre 2012