UQAM - Université du Québec à Montréal
Entrevues
UQAM › Entrevues › L'Encyclopédie suprême
Micro

L'Encyclopédie suprême


Par Claude Gauvreau

Monumentale, gigantesque, colossale. Ce sont les termes utilisés pour décrire L'Encyclopédie méthodique du libraire et éditeur français Charles-Joseph Panckoucke (1736-1798), qui compte plus de 200 volumes répartis en 52 dictionnaires. Quelque 500 auteurs d'une quarantaine de disciplines – botanique, physique, chimie, médecine, architecture, philosophie, géographie – y ont collaboré. Un colloque international, De l'Encyclopédie des savoirs aux savoirs de l'Encyclopédie, consacré à l'entreprise de Panckoucke, se tiendra à l'UQAM les 17, 18 et 19 octobre prochains.

«Publiée de 1782 à 1832, l'encyclopédie de Panckoucke demeure méconnue, en partie en raison de son gigantisme, explique Josiane Boulad-Ayoub, professeure émérite au Département de philosophie et responsable du colloque. Elle constitue pourtant le chaînon opérant la transition entre la fin des Lumières et le positivisme naissant des débuts du XIXe siècle», pour qui seule la connaissance des faits réels, vérifiés par l'expérience, peut expliquer les phénomènes du monde sensible.

Le colloque réunira des chercheurs de l'UQAM, des États-Unis, de France et d'Italie, dont Martine Groult, responsable à l'Université de Chicago du projet ARTFL, qui consiste à rendre disponibles sur Internet l'Encyclopédie méthodique de Panckoucke et la célèbre Encyclopédie universelle de Diderot et d'Alembert. La vision nouvelle de la jurisprudence et de la police proposée par l'encyclopédie de Panckoucke, les articles de son dictionnaire d'économie politique sur la constitution américaine, les rapports entre les Lumières et la peine de mort et les défis du travail d'édition numérique des encyclopédies du XVIIIe siècle figurent  parmi les thèmes qui seront abordés. L'événement est organisé conjointement par plusieurs unités de recherche, dont la Chaire UNESCO de philosophie de Josiane Boulad-Ayoub.

Des questions actuelles

Le colloque s'inscrit dans le prolongement des travaux de la professeure émérite qui, en s'appuyant sur des articles choisis parmi quatre dictionnaires de l'encyclopédie de Panckoucke, analyse les continuités et les ruptures idéologiques et culturelles entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle. «Je cherche à faire des anthologies de textes ayant encore une actualité pour nous, note Josiane Boulad-Ayoub. Le tome II du Dictionnaire de l'Assemblée constituante de 1791, par exemple, reproduit les débats de cette assemblée, laquelle a organisé notamment le découpage administratif de la France, créé la monarchie parlementaire et élaboré une constitution. Les articles du Dictionnaire d'économie politique consacrés aux États-Unis nous permettent, quant à eux, d'apprécier l'influence politique du modèle américain sur le débat constitutionnel français et sur la culture de la fin du XVIIIe siècle, notamment en matière de respect des droits de l'homme et de tolérance religieuse.»

Visant à la fois l'unité et l'exhaustivité des savoirs, l'encyclopédie de Panckoucke est plus systématique et didactique que la première encyclopédie universelle de Diderot et d'Alembert (1751-1772), poursuit la chercheuse. «Elle s'ouvre d'abord à de nouveaux objets de savoir, comme l'économie politique, les jeux et la police. Ensuite, l'organisation des connaissances est différente, car chaque discipline ou matière est traitée dans un dictionnaire distinct dont les auteurs sont des spécialistes dans leur domaine. Enfin, marquée par le scientisme, elle accorde une plus grande place aux sciences naturelles, techniques et médicales qu'aux sciences humaines et à la philosophie.»     

De Panckoucke à Wikipédia

L'Encyclopédie méthodique se veut l'encyclopédie absolue. Ayant pour objectif de comprendre les lois de la nature et de la société, elle incarne le rêve de réaliser un jour l'ouvrage le plus parfait possible contenant la somme de toutes les connaissances humaines, mises à la disposition de chacun. Selon Josiane Boulad-Ayoub, «elle représente ce moment culturel de la Révolution française où le savoir encyclopédique s'articule à l'encyclopédie des savoirs.»

«L'œuvre de Panckoucke présente une nouvelle configuration des savoirs qui, souligne la professeure, annonce nos dictionnaires spécialisés contemporains et préfigure l'intérêt pour l'interdisciplinarité. On peut même dresser un parallèle avec le caractère évolutif et perfectible de Wikipédia, dont le projet consiste aussi à réaliser une encyclopédie méthodique globale.»

Séparateur

Source : Journal L'UQAM, vol. XXXIX, no 4 (15 octobre 2012)

Catégories : Sciences humaines, Recherche et création, Professeurs

Séparateur

Flèche Haut

UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : 15 octobre 2012