UQAM - Université du Québec à Montréal
Entrevues
UQAM › Entrevues › Obama-Romney : c'est serré !
Micro

Frédérick Gagnon
Photo: Nathalie St-Pierre

Obama-Romney : c'est serré !


Photos: Carolyn Caster, Charles Dharapak

Par Claude Gauvreau

Plus que 6 jours avant les élections présidentielles du 6 novembre aux États-Unis. Qui l'emportera? Au moment de mettre sous presse, les derniers sondages annoncent une lutte serrée dans une dizaine d'États clés, dont l'Ohio et la Floride. «L'écart s'est rétréci entre les deux candidats, observe Frédérick Gagnon, professeur au Département de science politique et directeur de l'Observatoire des États-Unis à la Chaire Raoul-Dandurand. Malgré sa déclaration sur les 47 % d'Américains qui seraient dépendants de l'État, Mitt Romney a repris du poil de la bête à la suite de la mauvaise performance de Barack Obama lors du premier débat télévisé. Même si ce dernier a rebondi au cours des deux derniers face à face, plusieurs électeurs ont découvert chez Romney une allure présidentielle et se sont dit qu'il pourrait occuper les fonctions de chef d'État.»

L'électorat américain se divise en trois groupes : les libéraux progressistes (20 %), les conservateurs (30 %) et les modérés. «Les indépendants, non inscrits comme démocrates ou républicains sur les listes électorales, représentent environ le tiers des électeurs et pourraient permettre à l'un ou l'autre parti de l'emporter dans les États où la course est serrée, dit le politologue. Reste à savoir s'ils iront voter et pour qui?»

Selon Frédérick Gagnon, il faudra surveiller les prochains chiffres sur l'emploi qui paraîtront quelques jours avant les élections générales. Depuis Franklin D. Roosevelt, aucun président américain n'a été réélu lorsque le taux de chômage dépassait les 7 %. «Bien qu'il atteigne actuellement 7,8 %, le taux de chômage a considérablement baissé depuis un an et Obama ne cesse de répéter qu'il a hérité d'un pays mal en point en 2008, qu'il a sauvé les meubles et qu'il a besoin d'un second mandat pour prouver que ses décisions ont été les bonnes», note le chercheur.

Au cours des prochains jours, Mitt Romney continuera probablement de dénoncer les taux d'imposition, trop élevés à ses yeux, des individus, des ménages et des entreprises. «Il insistera notamment sur son ambitieux programme qui prévoit la création de 12 millions d'emplois au cours d'un premier mandat», remarque Frédérick Gagnon. Obama rappellera que le candidat républicain souhaite réduire les services sociaux et abroger la réforme de l'assurance-santé. «Le président présentera Romney comme un richissime individu qui ne comprend pas les problèmes de la classe moyenne. Il dira aussi que le républicain n'est pas le meilleur candidat pour les femmes, ni pour les minorités afro et latino-américaines, dont le poids électoral est loin d'être négligeable.» 

Redonner confiance dans le rêve américain

Peut-on dire que deux visions des États-Unis s'affrontent durant cette campagne? «Il est vrai qu'Obama est moins à gauche qu'en 2008, que ses position et celles de Romney sont assez semblables sur certaines questions, notamment sur l'ouverture des marchés internationaux aux produits américains, note le professeur. Cela dit, Romney considère que l'individu et le secteur privé sont les moteurs de l'économie. Obama soutient pour sa part que lorsque l'économie va mal, l'État joue un rôle clé. Son fameux plan de relance économique de 800 milliards de dollars adopté à la suite de son arrivée à la Maison Blanche en témoigne.»

Au lendemain du 6 novembre, d'importantes élections se tiendront au Congrès. «Il sera intéressant de voir quel parti sera majoritaire au Sénat et à la Chambre des représentants, souligne Frédérick Gagnon. L'accord de 60 sénateurs sur 100 est nécessaire pour clore les débats sur un projet de loi et passer au vote.»

Pour les Américains, l'économie demeure la priorité, devant les questions de politique étrangère. «Le plus important défi auquel sera confronté le prochain président sera de relancer l'économie, de créer des emplois, surtout des emplois de qualité, soutient le chercheur. Il s'agit de redonner confiance dans le rêve américain.»

Séparateur

Source : Journal L'UQAM, vol. XXXIX, no 5 (31 octobre 2012)

Catégories : Politique et droit, Professeurs

Séparateur

Flèche Haut

UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : 31 octobre 2012