UQAM - Université du Québec à Montréal
Entrevues
UQAM › Entrevues › Internet : le défi de remodeler les réseaux
Micro

Omar Cherkaoui

Internet : le défi de remodeler les réseaux


Par Pierre-Etienne Caza

Nous sommes en 2012 après Jésus-Christ. Tout l'univers informatique est régulé par les cerveaux de Silicon Valley. Tout? Non! Un petit laboratoire montréalais réussit avec brio à tirer son épingle du jeu!

Le Laboratoire de recherche en téléinformatique et réseaux (LTIR) de l'UQAM, dirigé par le professeur Omar Cherkaoui, du Département d'informatique, a créé des commutateurs de réseautage programmables, communément appelés Software Defined Networking (SDN), lesquels sont commercialisés depuis peu par la compagnie NoviFlow inc. Il s'agit d'une réussite peu commune pour des chercheurs qui ne sont pas installés à Silicon Valley.

«Internet évolue à une vitesse stupéfiante, explique Omar Cherkaoui. Or, la plupart des infrastructures qui supportent le réseau ne sont plus adaptées au flot incessant de données qui sont échangées partout sur la planète. L'avènement de l'info nuagique (cloud), par exemple, a créé de nouveaux besoins, car les personnes sont désormais connectées en permanence aux réseaux et font circuler leurs données sans relâche.»

Depuis quelques années, le professeur Cherkaoui travaille à «bâtir les équipements du futur» en compagnie d'étudiants aux cycles supérieurs et de stagiaires. La solution technologique qu'ils ont créée utilise les protocoles d'OpenFlow et modifie les tables d'acheminement dans les commutateurs d'un réseau. «Un réseau est composé de nœuds et de liens qui permettent d'acheminer à bon port les données, explique le chercheur. Dans notre langage, on appelle ces nœuds et ces liens des routeurs et des commutateurs (switches). Ce que nous avons créé, c'est le premier commutateur adapté à la réalité d'aujourd'hui. C'est une stratégie de routage qui possède une espèce d'intelligence, qui se reprogramme à volonté et permet de traiter de manière flexible les données à l'ère de l'information nuagique, en fonction des besoins de réseautage spécifiques, que ce soit pour les centres de données commerciaux, comme Google, les fournisseurs de services de réseau ou les organisations qui veulent déployer des solutions de réseautage durables.»

La compagnie NoviFlow inc. a obtenu récemment 345 000 $ du Centre d'excellence en efficacité énergétique (C3E) – un OSBL québécois qui favorise la commercialisation et l’accessibilité des innovations technologiques dans les secteurs de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables – afin de poursuivre les travaux du laboratoire et de commercialiser ces solutions de réseautage programmables. Le projet original, baptisé Netvirt, est le fruit de recherches qui durent depuis près de dix ans et qui ont véritablement abouti il y a un an. «Nous travaillons en collaboration avec Ericsson Montréal et Ericsson San José, ainsi qu’avec plusieurs partenaires de Silicon Valley, qui nous donnent accès à leurs environnements pour que nous puissions tester nos équipements. Ce genre de réussite nous ouvrira plus de portes dans le futur, souligne fièrement Omar Cherkaoui, car il y a et il y aura encore beaucoup d'autres défis à relever.»

Séparateur

Source : Journal L'UQAM, vol. XXXIX, no 5 (31 octobre 2012)

Catégories : Sciences, Recherche et création, Professeurs

Séparateur

Flèche Haut

UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : 31 octobre 2012