UQAM - Université du Québec à Montréal
Entrevues
UQAM › Entrevues › La lecture en cadeau
Micro

La lecture en cadeau


Par Valérie Martin

L'UQAM participe pour la huitième année consécutive à la campagne La lecture en cadeau, qui permet de recueillir des livres neufs pour les enfants défavorisés de moins de 12 ans. Créée en 1999 par la Fondation pour l'alphabétisation, l'initiative a pour but de les initier aux joies de la lecture et de prévenir l'analphabétisme et le décrochage scolaire.

Pour contribuer à La lecture en cadeau, il suffit d'acheter un livre neuf et de se procurer le sac à l'effigie de la campagne auprès d'un des bénévoles ou dans les bibliothèques participantes (voir la liste plus bas). On leur remet ensuite le sac ou on le dépose dans la boîte prévue à cet effet dans les bibliothèques. Il est aussi possible de faire des dons en argent.

La collecte de l'an dernier à l'UQAM a permis de récolter 622 livres neufs et 357 $. «Mon objectif est de recueillir 1 000 volumes neufs, mais je dois être réaliste», admet Lucie Chartrand, organisatrice de la campagne à l'UQAM depuis les débuts. La liste d'attente pour recevoir un livre neuf est longue : quelque 100 000 enfants défavorisés y sont inscrits. Les demandes proviennent de partout : centres communautaires, Centres de la petite enfance, etc. «La Fondation pour l'alphabétisation reçoit environ 30 000 volumes grâce à la campagne. Elle est encore bien loin de son objectif», regrette l'organisatrice.

Davantage de familles ont aujourd'hui recours aux banques alimentaires, dont la fréquentation a connu une hausse de plus de 25 % en moyenne au Canada depuis la récession de 2008. «Dans un tel contexte, il est facile d'imaginer qu'acheter un livre neuf n'est pas une priorité pour les familles défavorisées», rappelle celle qui est aussi agente de recherche et de planification à l'École de langues.

La demande vise surtout les volumes ludiques pour les petits d'âge préscolaire, comme les albums illustrés sur les animaux ou les insectes, les livres «lavables», ou ceux en carton. «Nous rejoignons beaucoup de jeunes familles immigrantes, cela permet aussi aux parents de se familiariser avec le français.» Pourquoi acheter un livre neuf? «Pour que l'enfant reçoive un vrai cadeau, et non pas un vieux livre écorné !» Comme un seul volume est remis par enfant, et ce, en mai prochain, on doit éviter les livres de Noël ou en série.

Cette année, les bénévoles du Collège Frontière-UQAM se joignent à la campagne. La Faculté des sciences de l'éducation est aussi impliquée. Elle a tenu durant le mois d'octobre deux kiosques de vente de livres, afin de rejoindre les étudiants en éducation qui quittent les bancs de l'Université pour leurs stages.

La campagne se poursuit jusqu'au 19 décembre. Les personnes intéressées à participer à la Lecture en cadeau peuvent remettre un livre neuf à l'une des personnes suivantes : Hélène Bédard (N-2230); Maude Béland (A-R823); Claire Bouchard (A-2360); Lucie Chartrand (DS-2379); Josée Corriveau (DE-2270); Louise Dumont (A-1655); Marieline Gagnon (Bibliothèque centrale); Claude Labrecque (J-1784); Gisèle Legault (PK-5220); Denise Perrier et Hélène Harnois (R-4150); Elizabeth Reid (J-4075); Marie-Josée Rivest, au kiosque de renseignements (J-M320); ou encore les déposer aux endroits suivants :  Bibliothèque centrale (AM-100), Bibliothèque des sciences juridiques (A-2100), Bibliothèque des sciences de l'éducation (N-1000) et Bibliothèque des sciences (KI R145).

Séparateur

Source : Journal L'UQAM, vol. XXXVIII, no 6 (14 novembre 2011)

Catégorie : Employés

Séparateur

Flèche Haut

UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : 14 novembre 2011