[Site de l'UQAM] [Bibliothèques de l'UQAM] [Bottins téléphoniques de l'UQAM] [Recherche dans le site de l'UQAM] [Calendrier d‘événements] [Plan du site de l'UQAM] [Informations et commentaires]
 
 
En bref
Étudiants
Facultés
Recherche
International
Services
Partenaires
Médias
 
   
 
Guy Rocher, Jeanne Lapointe et Soeur Ghislaine Roquet, trois des commissaires de la Commission Parent
Photo : Denis Bernier
 
   
 
Médias et Internet
Communiqués de presse

Débat entre trois représentants des partis politiques

Montréal 3 avril 2003 - L'Université du Québec à Montréal (UQAM) rend hommage ce soir, à 18 h 30, au Palais des Congrès, à trois des quatre signataires encore vivants du Rapport Parent, Mmes Ghislaine Roquet et Jeanne Lapointe, ainsi qu'à M. Guy Rocher. Le quatrième signataire toujours en vie est M. Gérard Filion. Cette soirée, organisée dans le cadre de l'événement 40 ans après le Rapport Parent : réalisations et prospectives se déroulera sous la présidence de Roch Denis, recteur de l'UQAM.

Date : 3 avril, 18 h 30
Lieu : Palais des Congrès, salle 510
201, av. Viger Ouest
Montréal (métro Place-d'Armes)

Ghislaine Roquet, religieuse de la communauté des Sœurs de Sainte-Croix, était, en 1960, titulaire d'une classe de Philo II au Collège Basile-Moreau, à Ville Saint-Laurent, et également responsable du département des sciences humaines du Collège. Jean Lesage, premier ministre du Québec l'avait vue à la télévision à une émission avec André Laurendeau sur l'éducation et il suggéra sa nomination à Paul-Gérin-Lajoie, ministre de l'éducation, qui cherchait une personne du clergé pour siéger sur la Commission Parent. Ainsi, elle devint, presque malgré elle, membre de cette illustre Commission royale d'enquête sur l'enseignement. Elle a, par la suite, siégé à la Commission des droits de l'homme et du développement social de l'Assemblée générale des Nations Unies, en 1968, et travaillé au ministère de l'Éducation du Québec, à compter de 1971, comme responsable de la section Études et prospectives du service général des moyens d'enseignement.

Jeanne Lapointe avait été recommandée à Paul-Gérin-Lajoie par Arthur Tremblay, membre adjoint de la Commission Parent, qui était conseiller technique au ministère de la Jeunesse du Québec. Elle était alors professeure de littérature à l'Université Laval et reconnue pour ses prises de position favorables à la laïcité du système de l'éducation. Première femme de la ville de Québec et une des premières du Québec à accéder à la deuxième partie du cours classique jusqu'alors réservée aux garçons, elle développera ensuite comme valeurs fondamentales l'accession des filles aux études supérieures, une scolarité jusqu'à 15 ans pour les enfants de tous les milieux socioéconomiques, la maternelle pour tous et les méthodes actives à l'école.

Guy Rocher et Paul-Gérin-Lajoie se connaissaient. Lorsque le ministre de l'Éducation lui demanda de devenir membre de la Commission Parent, M. Rocher, récemment nommé directeur du département de sociologie de l'Université de Montréal, commença par refuser à quelques reprises. Il finit par se plier aux volontés de son recteur, Mgr Irénée Lussier, qui lui imposa pratiquement d'accepter. Philippe Garrigue, doyen de la Faculté des sciences humaines, le fit alors nommer vice-doyen, ce qui lui permit d'assister deux jours semaine, en alternance à Montréal et à Québec, aux réunions hebdomadaires de la Commission Parent. Il voyagea également au Québec, au Canada, aux États-Unis et dans onze pays d'Europe, pour étudier ce qui se faisait ailleurs en éducation. Guy Rocher est devenu un sociologue renommé pour ses écrits et son apport à la sociologie, ici et dans le monde.

Gérard Filion, qui était directeur du quotidien Le Devoir, avait été invité par Paul-Gérin Lajoie, en 1961, à se joindre à la Commission Parent comme vice-président. Il a publié, à cette époque, Les confidences d'un commissaire d'écoles, confidences qui lui venaient de son engagement comme commissaire, puis comme président de la Commission scolaire de Saint-Bruno. Durant les mêmes années, il a également présidé la Commission scolaire de Chambly et occupé le poste de vice-président du Conseil des Arts du Canada. En 1963, il a quitté Le Devoir pour la Société générale de financement et a dû abandonner la vice-présidence de la Commission Parent.

- 30 -

Source : Huguette Lucas , agente d'information
Service des communications
Division des relations avec la presse et événements spéciaux
Tél. : (514) 987-3000, poste 6832#
Téléc.: (514) 987-3251


03-063

[Vers le haut]